L’ENQUETE – Les Bonnes Affaires de la Famille Seridj à l’Etranger !

J’avais commencé à enquêter sur les acquisitions immobilières et les sociétés créées à l’étranger par des privilégiés du système, des commerçants et industriels algériens résidents, qui ont, le plus souvent, contracté des prêts et des lignes de crédit en Algérie. Ils contreviennent ainsi aux lois algériennes sur le transfert d’argent ou sur l’obligation de déclarations fiscales. En voici un exemple.                                                                                                                

Auteur : youness.amir@protonmail.com


Seridj Djamel, est un homme d’affaires et promoteur immobilier algérien né le 04 Juin 1964 à Bouira. Propriétaire de la SOCIÉTÉ DE TRAVAUX ROUTIERS DE BOUIRA (SOTRARBO), Djamel a grandi dans le quartier de la Concorde à Bir Mourad Rais, à Alger, avec ses frères Mohamed né le 28 Octobre 1975 à Bouira, Tarek né le 18 Aout 1978 à Bouira et Madjid, né le 25 Février 1971 à Bouira.

Placés sous mandat de dépôt au mois de janvier 2020, Djamel Seridj, ses frères Tarek et Mohamed, ont bénéficié d’une liberté provisoire le 26 Avril 2020, après un recours introduit par leurs avocats à la chambre d’accusation près la cour d’Alger.

Les frères Serridj étaient été accusés par les servies de la Gendarmerie Nationale d’être impliqués dans des affaires de dilapidation de deniers publics, transferts de fonds à l’étranger, participation à la dilapidation et à l’utilisation de fonds de banque, blanchiment d’argent et octroi d’avantages sans justification légale, notamment des crédits bancaires faramineux et transfert illicite de fonds vers l’étranger…

Les accusations portaient également sur la mise en place d’un réseau spécialisé dans le chantage et l’escroquerie, que dirigerait selon eux, un polémiste réfugié à Londres.

Les Serridj étaient également poursuivis pour « non dénonciation de crime et octroie d’indu avantage » pour inciter des fonctionnaires à exploiter leur influence et verser de l’argent au bloggeur réfugié dans le Royaume-Uni.

Ce dernier a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par un juge d’instruction du tribunal de Bir Mourad Rais (Alger) le 14 Janvier 2020.

Réputé proche d’Abdelghani Hamel, Djamel Seridj a pu obtenir d’énormes crédits bancaires. En exemple : 40 milliards de centimes débloqués par la CNEP en 2010-2011 et 80 milliards de centimes octroyés par la BEA en 2016…

C’est ainsi que la fratrie Seridj a pu créer de nombreuses autres affaires à l’étranger et y acquérir des biens immobiliers dans de prestigieux quartiers à l’instar de la rue Descartes dans le 5ème arrondissement de Paris.

L’AIGLE d’OR

Le 1er Février 2011, Djamel Seridj créé, avec un capital de 10.000 Euros, une Société Civile Immobilière (SCI) au 102 Avenue des Champs Elysées, à Paris.

COFFACI

A la fin du mois de Mars 2011, Djamel Seridj est le gérant de l’entreprise Coffaci. Cette société au capital de 1.000.000 d’Euros, dont l’objet est l’achat, la vente, le négoce, l’import-Export de tous produits et marchandises non réglementaires, le conseil dans la commercialisation à l’export, va être liquidée au mois de Mars 2013 en son siège du 102, avenue des Champs Elysées !

MSV FRANCE ASSISTANCE

Au mois de Juin 2012, Djamel Seridj s’associe avec Donald Guy Bordey et Goran Rakic, pour créer la société MSV Assistance France sise dans la ville de St Maur des Fosses dans la val-de-Marne en ile-de France, et ayant pour objet les travaux d’installation et dépannage en serrureries, plomberie, électricité, maçonnerie et système d’alarmes. Djamel Seridj va déposer sa part de 10.000 euros à la caisse des dépôts et consignations de la rue de Lille dans le 7ème arrondissement de Paris, pour un capital social de l’entreprise de 25.000 Euros. Seridj va acheter les parts de Goran Racik au mois de mars 2013. Le 25 Aout 2017 elle sera radiée du registre du commerce et des sociétés (RCS) de Créteil.

TRADIS

Au mois d’Octobre 2013, les frères Djamel et Mohamed Serridj décident de créer une société à responsabilité limitée, dénommée Tradis, à l’avenue Gabriel Peri à Bezons dans la banlieue parisienne avec pour capital social 100.000 Euros, avec pour objet social l’importation, l’exportation, la commercialisation, le négoce et la distribution de tout équipement, matériel, produit, aliment et accessoires non règlementés. Le dépôt du capital s’est fait intégralement en numéraire à la banque du Crédit du Nord à Bezons…!

Une année après la création, la société est transformée en société par Actions simplifiée et Djamel Seridj en devient le président.

Entre 2013 et 2016 la société a dégagé un résultat net de l’ordre 230.000 euros, jamais déclarés au fisc algérien !

Au mois de Mars 2017, la présidence est confiée à Mme Behenda Khadidja, née le 19 Février 1992 à Kouba, sur les hauteurs d’Alger, qui récupère 40 % des parts de la société…

Cette dame a pour proche famille un autre promoteur immobilier et un fonctionnaire à la Wilaya d’Alger !

Au mois de Novembre 2017, la société transfère son siège à la Rue Monceau, dans le très chic 8ème arrondissement de Paris !

Après un changement d’activité qui évolue vers une industrie légère pour la transformation de toutes matières premières, négoce, Import-Export de tout équipement et matières premières liés à cette industrie, la société est mise en liquidation par jugement au mois de mars 2019, 16 mois après la démission de la Présidente.

NEUILLY SEXIEME

En Janvier 2014, Djamel et Mohamed Seridj vont établir une Société Civile Immobilière pour acquérir un bien en France. Il s’agit de la SCI Neuilly Sexieme, dont le bien se situe à l’avenue Gabriel Peri dans la ville de Bezons, dans la banlieue parisienne.

En juin de la même année, Mohamed cède ses parts au profit des six enfants de Djamel : Lamia, Nawel, Chahinez, Mehdi, Younes et Amir.

TRADEO

Le 06 Juin 2014, Mohamed, Madjid et Tarek Seridj vont s’associer pour créer la société Tradeo qui pour activité l’importation, l’exportation, la commercialisation, le négoce et la distribution de tout équipement, matériel, produit, aliment et accessoires non règlementés.

Le siège social est fixé à l’avenue Gabriel Peri à Bezons et Mohamed est nommé président, jusqu’ à la radiation de l’entreprise le 19 Janvier 2022 ! En 2016, la société par actions simplifiée (SAS) INVESD acquiert les parts de la société TRADEO.

Entre 2014 et 2016, la société a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 400.000 euros et un résultat net de près de 60.000 Euros. Jamais déclarés au fisc algérien.

DU RHONE

Au mois de Juillet 2014, est enregistrée au greffe du tribunal de Pontoise, commune française située en région Île-de-France, une SCI au capital de 1000 euros dénommée DU RHONE, créée par Djamel Seridj et son fils Mehdi alors âgé de 7 ans, avec comme associés les enfants de Djamel Seridj. Le siège social est établi à l’avenue Gabriel Peri à Bezons.

A la fin du mois de Septembre 2015, les associés cèdent leurs parts à la société SAS INVESD, représentée par Djamel Seridj. La société est liquidée à la fin de l’année 2017.

SAS INVESD

Le 18 Juin 2015, Djamel Seridj va déposer 10.000 Euros au Crédit Mutuel de St Priest, commune française de la métropole de Lyon, afin de créer, avec ses six enfants, la SAS INVESD dont il est le Président. La famille de Djamel Seridj va ainsi acquérir les parts détenues dans la SCI Neuilly Sexieme.

Au mois de Novembre 2017, Djamel Seridj démissionne de son poste de gérant de la société Neuilly Seixieme au profit de son frère Mohamed. Le 18 Janvier 2022, Seridj va dissoudre la société qui sera radiée la société le 01 Février 2018…

BMA WHOLESALERS

En Mai 2014, de l’autre côté de la manche, Djamel Seridj avait créé la société BMA Wholesalers Ltd dans la capitale britannique avec Baya Chenaf, née le 02 Février 1964 et de nationalité Britannique. La société a été dissoute le 10 Septembre 2019.

BS MACHINERY LTD

Ou encore la société BS Machinery Ltd qu’il a ouvert à Londres, toujours avec Mme Baya Chenaf, le 03 Janvier 2018, avant d’être dissoute en Juin 2019.

Dans les documents versés au dossier de cette entreprise, Djamel Seridj a déclaré avoir la nationalité d’Antigua.

Notons que pour être admissible à la citoyenneté d’Antigua, il suffit de payer au gouvernement d’Antigua-et-Barbuda la somme de $100 000 pour une famille de 4 personnes en plus de frais de traitement du dossier, et autres frais de passeport.

A suivre…

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.