Le Groupe Américain Honeywell et Unaoil Accusés d’Avoir Corrompus des Responsables de Sonatrach !

Unaoil est une société monégasque créée en 1991. Elle était exploitée par des membres d’origine iranienne de la famille Ahsani. Son objet social consiste en des services d’aide aux corporations multinationales afin de décrocher des contrats de solutions industrielles dans le secteur de l’énergie au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Afrique, et dans toutes les juridictions reconnues pour être permissibles à des faits de corruption.

Auteur : youness.amir@protonmail.com

J’avais déjà  publié un article sur cette société basée à Monaco et dont plusieurs filiales ont été incorporées dans le paradis fiscal des îles Vierges britanniques par le cabinet d’avocats Mossack Fonseca, pilier du scandale des Panama Papers.

Le groupe Unaoil a fait l’objet d’une enquête depuis 2016, après des allégations d’opérations de grande envergure visant à verser des pots-de-vin au nom de clients de l’industrie pétrolière et gazière.

Dès Avril 2016, les autorités judiciaires de la principauté de Monaco avaient perquisitionné les bureaux de la société Unaoil, à la demande du Serious Fraud Office (SFO), une agence du Gouvernement du Royaume-Uni dépendant du ministère de la justice.

Le but, trouver des preuves impliquant de nombreuses sociétés multinationales, dont Halliburton, Kellogg Brown & Root et Honeywell, qui avaient engagées les services d’Unaoil, dans le but d’obtenir de gros contrats au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique.

Les Ahsanis avaient été suspectés d’avoir conspiré pour verser des millions de dollars en pots-de-vin à des responsables gouvernementaux de plusieurs pays, dont l’Algérie.

Par ailleurs, un article publié dans la presse internationale rapportait qu’Unaoil et ses sous-traitants avaient soudoyé des agents étrangers pour aider des multinationales majeures à emporter des contrats gouvernementaux dont les montants s’élevaient à plusieurs milliards de dollars.

Selon nos informations, des responsables de la Société Sonatrach auraient perçu des commissions pour faciliter l’obtention du contrat de 600 millions de dollars dédié à la rénovation de la raffinerie d’Arzew à Hyundai en 2008 et celui de 1,2 milliard $ pour la modernisation de la raffinerie de Skikda attribué à Samsung l’année d’après.

Saman, Cyrus et Ata Ahsani – Propriétaires d’Unaoil

Certains médias ont même révélé l’implication de deux responsables proches de l’ex-ministre et P-dg de Sonatrach, Chakib Khelil.

Les Intermédiaires Algériens

Il s’agit de Omar Habour et Mohamed Tewfik Guerbato, qui auraient reçu deux millions dollars en échange de leurs actions pour privilégier l’obtention de contrats en Algérie, au profit d’un cartel de compagnies sud-coréennes (Hyundai et Samsung selon nos informations), pour décrocher des contrats d’une valeur de 1.8 milliards de dollars !

Amateur de Golf, Tewfik Guerbato possède la société Ingepar sise à Hydra en Algérie. Elle est spécialisée dans l’Engineering en hydrocarbures liquides et gazeux, études, conseil et assistance aux entreprises.

Toufik Guerbato à Dr.

Ami d’enfance de Khelil, Omar Habour appelé Omar la ferraille, est né le 3 février 1939 à Oujda. Cet homme d’affaires algérien, un moment installé en France à Neuilly sur Seine, a été cité dans de nombreux scandales.

Propriétaire d’une minoterie dans l’ouest algérien, on le retrouve également cité dans l’ouverture de sociétés offshore dont une cédée à la fille de l’ex premier Ministre Abdelmalek Sellal, Rym Sellal, en marge de la scandaleuse affaire d’ENI/Saipem et qui aurait servi à payer son appartement sis sur la prestigieuse avenue des Champs Elysées à Paris…

Omar Habour avait été condamné en première instance à 4 années de prison par la justice italienne dans l’affaire des pots de vin à des responsables publics algériens entre 2007 et 2010, dans le cadre de contrats commerciaux liant le groupe italien ENI/Saipem et Sonatrach. Il avait ensuite été acquitté par la Cour de Milan.

Les Pandora Papers, affaire de fuite faisant état de fraude et d’évasion fiscale à très large échelle partagée par le Consortium international des journalistes d’investigation, avaient montré comment Unaoil avait transféré des millions de Dollars vers des sociétés offshore.

La Justice américaine évoque quant à elle la somme de 200 Millions de dollars amassés par Unaoil à travers un système de corruption bien huilé !

Le Modus Operandi

Unaoil signait un accord de conseil avec une multinationale pour lui assurer un contrat public algérien en s’acquittant de la somme de 300 000 $. Unaoil transmettrait alors une partie de ce paiement sur un compte offshore appartenant à une société écran qui n’avait effectué aucun travail ni aucun service pour la société intermédiaire ou la multinationale !

Unaoil avait également obtenu, grâce à ses contacts chez Sonatrach, des informations sur les offres concurrentes et avait conspiré avec trois sociétés différentes pour faire bénéficier deux contrats aux Sud-Coréens Hyundai et Samsung, en utilisant et payant une troisième société, l’espagnol Tecnicas Reunidas, pour participer à l’appel d’offres en tant que lièvre, afin qu’il ne soit pas annulé. Cette dernière s’arrangeait pour perdre en plaçant une offre a un montant élevé… L’ensemble des intervenants touchait un pot de vin…

Unaoil et sa filiale Jupiter Investments auraient reçu 16 millions de dollars en commission, uniquement de la part de Hyundai dans le cadre de la signature de ces contrats.

En octobre 2019, Cyrus Ahsani, 52 ans, citoyen britannique et ancien PDG d’Unaoil, et Saman Ahsani, 47 ans, citoyen britannique et ancien chef de l’exploitation d’Unaoil, ont plaidé coupable pour des accusations de corruption et de violation de la loi extraterritoriale américaine, sur les pratiques de corruption dans plusieurs pays et pour leurs rôles visant à la distribution de millions de dollars de pots-de-vin à des fonctionnaires de plusieurs pays…dont l’Algérie.

Les accusations contre les frères Ahsani portent en fait sur la mise en place d’un système de corruption s’étalant de 1999 à 2017, période durant laquelle l’entreprise publique d’hydrocarbures Sonatrach, était sous l’influence d’un cercle très proche de l’ex Président déchu Abdelaziz Bouteflika.

A la fin du mois d’Avril 2021, la Banque Centrale Norvégienne avait décidé de placer Hyundai sous observation pour une période de quatre ans, en raison du risque inacceptable que la société contribue à, ou soit responsable d’un acte de corruption grave.

En Algérie, bien évidemment, rien n’a été entrepris dans ce sens…

Honeywell, Unaoil et l’enquête américaine sur l’Algérie

Honeywell Algérie est la filiale du groupe américain Honeywell, groupe spécialisé dans l’ingénierie et les services dans de nombreux domaines qui vont de l’industrie pétrolière à l’aéronautique en passant par la défense.

Honeywell Process Solutions (HPS), en charge du contrôle de l’automatisation, l’instrumentation et les services pour le pétrole, le gaz et les produits chimiques et pétrochimiques, opère en Algérie depuis plus de 20 ans.

HPS a réussi à décrocher des contrats s’élevant à des dizaines de Millions de Dollars avec des clients comme Sonatrach, Enip Skikda, Naftec, les raffineries d’Arzew et de Skikda, ainsi qu’avec la majorité des filiales Sonatrach telle la compagnie AEC (Algerian Energy Company) spécialisée dans les unités de dessalement.

Au mois d’Octobre 2021, le Groupe Honeywell a déclaré avoir enregistré une provision de 160 millions de dollars pour couvrir une éventuelle charge, liée à des enquêtes sur des affaires de corruption.

La société basée à Charlotte, en Caroline du Nord dans les Etats Unis d’Amérique, a déclaré qu’elle faisait l’objet d’une enquête du Ministère Américain de la Justice (DOJ), et du gendarme de la bourse américaine : la Securities and Exchange Commission (SEC), concernant, entre autres, la conformité avec la FCPA, loi fédérale américaine de 1977 permettant de lutter contre la corruption d’agents publics à l’étranger.

L’affaire concerne une des filiales de Honeywell, en lien avec la société de services pétroliers Unaoil SAM en Algérie durant l’année 2011.

Notons que la direction de Honeywell qui développe et fournit des technologies au raffinage du pétrole, au traitement du gaz, à la production pétrochimique, avait, depuis 2011, remporté 55 projets de déshydrogénation !

A cette époque, le Directeur général de la zone Afrique du Nord de HPS était Meziane Ghaoui, également membre du Forum des Chefs d’Entreprise (FCE). Joint par mail, ce dernier n’a pas répondu à notre mail.

Les frères Ahsani attendent leur condamnation aux États-Unis prévue le 27 Juin 2022. La teneur de leurs révélations risque d’être fatale à de nombreux hauts cadres du Ministère de l’Energie et de Sonatrach.

Les Services de Sécurité et de Renseignements algériens sont-ils au courant ?

Crédit Photo Rawpixel.com – shutterstock

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.