Islam de France – Quand l’Elysée Discrédite son Propre Ministre de l’Intérieur à cause du CFCM !

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), créé en 2003 par le Gouvernement français sur décision du Ministre de l’Intérieur d’alors Nicolas Sarkozy, est actuellement dirigé par le Franco-Marocain Mohammed Moussaoui, 58 ans, proche du régime marocain et proche des Frères musulmans.

Le CFCM était à l’origine censé devenir l’interlocuteur des pouvoirs publics pour toutes les questions liées à l’islam, qui représente près de 6 millions de musulmans en France.

Moussaoui, naturalisé en 2008 et membre depuis la création du CFCM, avait été élu à sa tête entre 2008 et 2013, puis de nouveau depuis le 19 Janvier 2020 suite au désistement de Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris, qui avait préféré lui laisser la place pour encourager le « consensus » et la « concertation ».

Mal élu en 2011, il doit sa réélection à l’unique liste du Rassemblement des musulmans de France (RMF), une organisation proche du Maroc dont Moussaoui a été le Vice-Président.

Entretemps, le CFCM de Moussaoui s’est discrédité aux yeux du gouvernement français, notamment lorsque plusieurs fédérations qui lui sont affiliées avaient refusés de signer la charte des principes de l’Islam de France.

Ce qui avait fait dire à Gérald Darmanin, le 12 décembre 2021 dans l’émission Le grand jury (RTL-LCI-Le Figaro), que le Conseil français du culte musulman (CFCM) n’était « plus l’interlocuteur de la République ».

Selon l’entourage même de M. Darmanin le CFCM s’avère « complètement paralysé depuis un an » , notamment par des « jeux d’influence et des jeux de pouvoir » ou des « fractures idéologiques » …

Il faut dire que Moussaoui a largement failli dans sa mission à la tête du CFCM en vue de fédérer la communauté musulmane de France. Cette dernière, à l’instar des pouvoirs publics français, ne l’appréciant plus par rapport à ses prises de positions qui « feraient le jeu de l’islamophobie ».

Si sa réélection à la tête de cette instance a toujours constitué un véritable casse-tête, Moussaoui a toujours pu compter sur le vote de l’association Musulmans de France, anciennement l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des frères musulmans et inscrite en 2014 sur la liste des groupes terroristes publiée par les Émirats arabes unis.

Mohamed Moussaoui (à gauche de la photo) et Abdallah Zekri

Tout comme il a toujours pu compter sur son Ami Abdallah Zekri, qui avait, en 2011, conduit la liste du Languedoc-Roussillon pour supporter son ami Moussaoui, quitte à rompre avec la fédération de la Grande Mosquée de Paris qui s’arrêtait à le sanctionner.

En guise de récompense, Mohamed Moussaoui avait bombardé Abdallah Zekri, avec l’aide des comités départementaux du CFCM, président de l’Observatoire national de lutte contre l’Islamophobie.

L’Observatoire a été créé en juin 2011, quelques mois après la signature d’une convention entre le ministre de l’intérieur de l’époque, Brice Hortefeux, et le CFCM pour « mieux suivre » les actes islamophobes. La communauté musulmane de France a vite fait de douter des chiffres de l’Observatoire sur les actes antimusulmans, car ils seraient de fait transmis par le ministère de l’intérieur français…

Il faut dire que Mohamed Moussaoui traine une surprenante proximité avec les services de sécurité, surtout marocains…

Selon les révélations de l’hebdomadaire Le Point, un agent des services marocains, Mohamed B, serait l’agent le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui.

« Plus qu’un simple agent, l’homme est en réalité un rouage essentiel de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), l’équivalent marocain de la DGSE française », avait rapporté Le Point.

Sa mission était d’accroître le contrôle du Maroc sur la pratique de l’islam en Europe et serait derrière « tous les grands projets de ces dernières années pour asseoir l’influence du Maroc sur de nombreuses mosquées françaises et contrer ainsi les intérêts du rival algérien » !

C’est aussi, selon le magazine français, lui qui a permis l’ascension de Moussaoui en exerçant des pressions sur les représentants du culte au niveau local…

Enfin, Le Point affirme que les quittances de loyer de l’appartement parisien occupé par Mohammed Moussaoui seraient directement adressées à un certain Samir X., attaché à l’ambassade du Maroc en France, mais qui en réalité serait le numéro 3 de la DGED à Paris. « Une pratique en cours depuis des années sous l’impulsion de Mohamed B. », mentionne l’hebdomadaire.

A eux deux, Moussaoui que l’on soupçonne fortement de travailler pour les services de renseignements marocains et Abdallah Zekri, que l’on dit harki, ont pris l’habitude de justifier ou de minimiser la menace de l’islamisme.

En effet, Zekri a été au centre d’un scandale médiatique en début d’année après avoir tenté d’excuser les menaces de mort adressées à une lycéenne qui avait dénoncé l’islam.

La secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, avait alors qualifié mardi de « criminelles » les déclarations du délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, contre Mila, la lycéenne qui avait tenu des propos hostiles à l’islam dans une vidéo. Le responsable de l’institution représentative des mosquées, avait déclaré : « Elle l’a cherché, elle assume… ».

Volant au secours de son protégé, Mohammed Moussaoui a affirmé « Depuis, Abdallah Zekri s’est expliqué sur cette expression et a réaffirmé [qu’]en aucun cas, il n’avait cautionné les menaces ou insultes« .

Autant d’actes anti-républicains, commis par les deux représentants décrédibilisés d’un CFCM critiqué pour son manque flagrant de représentativité, et qui n’est plus, de l’avis même de Gérald Darmanin, l’interlocuteur privilégié de l’Etat sur le culte musulman.

Sauf que l’Elysée, en invitant à la traditionnelle cérémonie des vœux aux autorités religieuses le président du CFCM, qui n’est plus en odeur de sainteté auprès de République, ne jette-t-il pas le discrédit sur son Ministre de l’Intérieur, dévoilant ainsi la grande incohérence du gouvernement français vis-à-vis du véritable Islam de France… Surprenant !

 

Extrait Crédit : AFP PHOTO / PIERRE VERDY

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.