Victor Ghaleb Bencheikh – Le Président de la Fondation de l’Islam de France qui joue sa survie politique

Un 13 Décembre 2018, Victor Ghaleb Bencheikh succède à Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation de l’Islam de France (FIF). A son sens, il croit son objectif atteint et s’imagine enfin dans la cour des grands.

Il va immédiatement s’envoler après sa nomination en Arabie Saoudite pour rendre compte et recevoir auprès de ses commanditaires sa feuille de route.

Il se retournera ainsi dans son Pays natal de la maison des Saoud à plusieurs reprises, les instructeurs de Victor n’étant guère satisfaits de lui, tant le dandy fréquente les Saunas et Hammams parisiens, mais également les loges maçonniques.

Victor Ghaleb Bencheikh à la Grande Loge de France de la Franc-maçonnerie

On lui reproche fermement d’avoir failli à faire abroger les statuts de la FIF qui stipulent que seuls les étrangers vivants sur le territoire français ou européen peuvent faire des donations à cette institution laïque fondée en 2016 par l’ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et présidée pour son premier mandat par un autre ex-ministre de l’Intérieur…

Le 17 Septembre 2019, au palais Brognard de Paris, la Fondation de l’Islam de France (FIF) et la Ligue Islamique Mondiale (LIM), organisent, conjointement selon le discours officiel, une Conférence internationale pour la Paix et la Solidarité.

Victor n’y est pas à son aise. Le discours tenu lors de cette conférence est aux antipodes de ses aspirations. Il préfère vivre sa vie, acheter des costumes avec l’argent de la LIM, déjeuner et diner dans les meilleurs restaurants, ceux prisés par ses amis sur la place parisienne.

Le grand rabbin Haïm-Korsia, Victor Ghaleb-Bencheikh et Mohammed-Al-Issa de la Ligue Islamique Mondiale

Il se rappelle quand le 21 Avril 2015, il organise avec son complice Félix Marquardt, un diner débat autour de bouteilles de vin, dressées comme des minarets sur les tables des convives, pour lancer la fondation Al-Kawakibi qui voulait réaliser l’Aggiornamento de l’Islam.

Ce fameux « Islam des Lumières » qui veut nous proposer un islam sans islam, s’appuyant sur un discours qui propose une approche destinée à réformer le fait religieux à partir d’une ligne d’attaque externe, faisant de l’islam non pas la source du débat mais l’objet d’une amputation de sa spiritualité et de ses dimensions éthiques, intellectuelles, sociales ou autres culturelles.

Avec la complicité inconsciente de Victor, Félix Marquardt, converti opportuniste à l’Islam, lobbyiste atlantiste, mondain mondialiste et apatride, plaide pour une « réforme de l’Islam », qui doit selon lui rompre avec son « arabo-centrisme ».

Ce même monde arabe que les Etats-Unis et Israel essaient de diviser et d’affaiblir par tous les moyens, avec l’aide du Grand Rabbin de France Haim Korsia et Mohammed Moussaoui, Président du CFCM, agent marocain.

Sachant ses heures comptées à la tête de la FIF, Victor Ghaleb Bencheikh se débat, gesticule inutilement dans tous les sens, frétille pour en appeler à l’aide de ses commanditaires, car se sachant prêt à disparaitre dans les poubelles de l’Islam de France et rejoindre ses acolytes en déclin.

Victor GhalebBencheikh et le Sulfureux Tariq Ramadan

Félix Marquardt, qui fréquentait les mêmes lieux de débauche que Victor, répond présent et convoque la Jetset parisienne pour sauver le soldat Franco-Saoudien Victor.

Rappelons que la fondation du Forum mondial pour la réforme de l’islam, née le 21 janvier 2015, sous l’égide de la fondation al-Kawakibi, avait pour membres fondateurs Félix Marquardt et notre cher Victor Ghaleb Bencheikh…

Ce dernier, qui ne cesse de rappeler ses origines algériennes à qui veut l’entendre, n’est pas considéré en tant que tel par les algériens, qui ne veulent pas de celui qui a été encensé par l’intrigant Said, frère de l‘ex Président déchu Abdelaziz Bouteflika et qui a participé à la diabolisation des services de renseignement algériens…

Le dandy Victor avait accusé, à la demande pressante de Said Bouteflika, les services de la Direction du Renseignement et de la Sécurité de manipuler les mosquées algériennes implantées en France.

Au Magazine Challenge, qui roule selon l’avis de ses propres journalistes pour Macron, Victor Ghaleb Bencheikh déclarait : « Le…paradoxe, tout aussi navrant, est qu’on se drape, à juste titre, dans la loi de 1905 pour empêcher l’Etat de se mêler des cultes, et en même temps on accepte l’ingérence d’Etats étrangers. C’est une atteinte à la souveraineté nationale. On ne peut pas museler l’Etat français et accepter l’œil d’Ankara, l’influence du palais royal ou des services secrets algériens qui ont sévi lors des deux dernières décennies ! Ce résultat de l’incompétence et de l’incurie du CFCM est déplorable. Cela laisse la voie libre à des manœuvriers qui ont prise sur une religion française ».

Peut-il dès lors nous expliquer comment récemment, il a fait alliance avec l’agent du Makhzen marocain, Mohammed Moussaoui en l’invitant à s’exprimer sur le site de la FIF ?  Il faut avouer que le petit dandy n’est pas à une contradiction près !

 

Tel Néron, égoïste et fou, Victor Ghaleb Bencheikh propose dans l’une de ses rencontres qu’il a multipliées curieusement depuis quelques semaines « d’entreprendre le chantier de la réparation du présent et de la préparation de l’avenir. Voici le Plan Marshall de l’Islam de France. C’est l’honneur de la France de porter ce débat et celui de l’islam de participer de ces nouvelles Lumières ».

Non satisfait d’avoir dilapidé les fonds généreusement dépensés par la Ligue Islamique Mondiale, Tartuffe rêve de se hisser à la tête d’une Banque Islamique qu’il espère voir créée à la mesure de ses ambitions… Vive le séparatisme Islamiste.

Comment peut-on supporter une telle mesure en France au moment ou toute forme de séparatisme islamiste est combattue par les pouvoirs publics ?  C’est dire que Victor Ghaleb Bencheikh est capable de tout, ne reculant devant aucune insanité pour assouvir sa folie des grandeurs.

Comme pour la Banque Ambrosiano du Vatican, et comme Al Pacino dans le cultissime film « Scarface », les narines pleines de poudre blanche, Victor le mégalomane veut réaliser ses fantasmes nés dans les lupanars et les saunas, se rêvant au milieu d’une orgie mondiale à sa gloire où se mêleraient banquiers d’affaires corrompus, imams de France, androgames et francs-maçons…

Se prenant pour Roberto Calvi, Banquier de Dieu, notre pale Néron musulman ne déclarait-il pas au cours d’un des conseils d’administration de la Fondation de l’Islam de France : « Je parle aux musulmans du monde et le monde entier m’écoute » …Effarant !

Le spécialiste de l’Islam Sadek Sellam avait déjà averti les lecteurs sur ce triste personnage, en écrivant à la fin du mois de Mai 2018 : « Pour faire accepter le Manifeste par les musulmans, un Finkielkrault a dû miser sur Ghaleb Bencheikh dont il surestime la complaisance depuis que ce dernier a tenu à débattre avec lui à tout prix. Bencheikh a heurté les musulmans en considérant que devenir l’interlocuteur du philosophe médiatique lui assurerait dans les grands médias la notoriété que la petite émission « Islam » de France 2 ne lui a pas rapportée. »

Victor Ghaleb Bencheikh, qui souhaite que la FIF, joujou dédié à sa seule personne, bénéficie de plus de communication pour être la véritable tutelle de l’Islam de France. Avec une agressivité sans pareille, il ne cesse d’accuser les autres institutions de l’Islam de France de tous les maux, s’en allant jusqu’à pointer du doigt « les déboires de l’Islam Consulaire et ses psychodrames répétés ». Il n’y a que lui qui a raison.

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.