Tentative de Soumettre le Politique au Religieux, Après le FIS Dissous, C’est au Tour du HCI !

Il est presqu’impossible de connaitre le nombre exact de musulmans vivant en France car d’un côté l’État français ne collecte pas de données de recensement religieux ou ethnique, et d’un autre côté la République française estime défend la pratique religieuse placée dans la sphère privée.

Pourtant, plusieurs associations estiment le nombre de musulmans français à quelques cinq millions de personnes dont la moitié serait des citoyens français de naissance ou naturalisés.

Si ceux d’origine algérienne forment la plus importante des communautés musulmanes, c’est parce que la plupart d’entre eux seraient arrivés pendant le boom économique de l’après-guerre, et ont pu faire venir leurs familles en France dans le cadre des dispositions relatives au regroupement familial, surtout autour des villes de Paris, Lille et Marseille, qui regroupent les 2/3 de la communauté d’origine algérienne.

Les autorités françaises ont de tout temps prôné un Islam compatible avec les valeurs républicaines tout en exigeant le respect du principe fondamental de laïcité en France, suscitant de vifs débats au sein de la population française autour d’« un Islam des lumières », se concluant il y a quelques semaines par l’adoption d’une loi « renforçant les principes de la République », autrement dénommée loi contre les séparatismes.

Mardi 23 Février 2021, un séminaire autour du thème « l’Islam et la citoyenneté en Europe » est organisé par le Haut conseil islamique (HCI)…à Alger !

Les participants, parmi lesquels nous avons noté la présence de Sadek Sellam, journaliste et contributeur du site Mondafrique largement hostile à l’Algérie, ont appelé les représentants des minorités musulmanes dans les pays européens, et dans le reste des pays non-musulmans, à l’union pour « la préservation et la défense des droits de citoyenneté de l’individu musulman, de par son appartenance au pays dans lequel il vit, sans, toutefois, renoncer à sa foi ».

Il parait surprenant qu’un débat concernant le rapport des citoyens musulmans en Europe et l’Islam, puisse être tenu si loin de France, pays concentrant le plus grand nombre de musulmans en Europe, et sans la participation des principales figures et institutions cultuelles fondamentales de l’Hexagone…

Durant la conférence, le Président du HCI, Bouabdellah Ghlamallah s’en est même pris aux « nouvelles lois dans certains pays européens » favorisant le racisme et les harcèlements contre les communautés musulmanes en se basant sur de « faux prétextes » et des justifications « illogiques« , estimant « crucial » d’expliquer ces contre-vérités !

Une ingérence du religieux dans la politique de Pays étrangers souverains sur leur sol, qui en dit long sur l’état de la déchéance morale et de l’absence de sagesse des organisateurs de ladite conférence, organisée sous l’égide du Président Abdelmadjid Tebboune !

La majorité des autres participants, à l’instar du chef de département de la Foi islamique à l’université de Qatar, Dr. Abdelkader Bakhouche, ou le Secrétaire Général de l’Union mondiale des savants musulmans (IUMS), Muhieddin Qara Daghi, a plaidé pour le « regroupement islamique » des communautés musulmanes à même de mettre en exergue l’héritage culturel de la Oumma.

En somme, pour tout conseil, les penseurs musulmans ont simplement proposé aux musulmans européens un repli sur soi communautaire, leur suggérant par ailleurs de mettre en avant cette appartenance sans offrir de solutions aux défis qu’exige la citoyenneté et les lois du pays d’accueil…

Avait-on réellement besoin d’une conférence de la part du HCI qui n’est nullement un référent religieux international ?

La constitution est pourtant claire quant au rôle dévolu au HCI, qui lui s’occupe des affaires religieuses dans le pays dont le rôle est dicté par la constitution algérienne, qui affirme que le Comité chargé d’encourager et de promouvoir l’Ijtihad ; d’émettre son avis au regard des prescriptions religieuses sur ce qui lui est soumis et de présenter un rapport périodique d’activité au Président de la République…

Ghlammalah qui a exercé les fonctions de Ministre des affaires religieuses et des habous pendant plus de près de 15 Années sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika, ne sait-il donc pas qu’il n’a aucune compétence pour s’occuper des citoyens musulmans européens ?

Ignore-t-il que la grande mosquée de Paris, comme la plupart des plus importantes mosquées de France et d’Europe, n’est la propriété d’aucun Etat étranger et qu’elle est gérée par des responsables locaux qui répondent aux lois locales ? Etrange…

YF.Cheikh

yf.cheikh@protonmail.com

Photo ©istock

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.