Ce 22 Février 2021 Pourrait Bien Sceller le Sort de Ceux qui Nous ont Promis une Nouvelle Algérie.

Ameropa Holding est une entreprise de négoce agroalimentaire suisse qui se consacre à la distribution, le négoce et la production de produits stratégiques. Cette société, dont Andreas Zivy est le président et qui réalise un chiffre d’affaires de plus de 5 Milliards d’Euros, se concentre principalement sur le commerce mondial de céréales, d’oléagineux et d’engrais.

En 2010, huit parlementaires suisses avaient condamné les importations de phosphate à partir du Sahara Occidental par la société Ameropa, qui venait d’acquérir la société australienne Impact Fertilsers PTY LTD responsable de l’approvisionnement en phosphate de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) depuis 2002.

Andreas Zivy. — © Nicole Miescher

En effet, comme la plupart des Etats respectant le droit international, la Suisse ne reconnait pas la colonisation par le Maroc de ce territoire d’Afrique du Nord. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’accord de libre-échange conclu par la Suisse avec le Maroc ne s’applique pas au Sahara occidental.

Or l’Algérie, fervent défenseur des droits du peuple Sahraoui et de l’indépendance de la RASD, a toujours commercé avec Ameropa, à travers l’Office algérien interprofessionnel des céréales OAIC, qui lui achète des centaines de milliers de tonnes de céréales et de fertilisants pour plusieurs centaines de millions de dollars…

Rien que ce 02 Février 2021, 33 Tonnes de Maïs ont été commandés par l’Algérie à Ameropa, cette dernière doit acheminer la cargaison à partir du port brésilien d’Itaqui, situé non loin de la ville de São Luís, capitale de l’État du Maranhão.

Etonnant de voir Alger jouer à un jeu ambivalent que ses détracteurs définiraient comme sournois !

Une démarche algérienne d’autant plus étonnante qu’au mois de Février 2015, un mandat d’arrêt International avait été émis par un tribunal de Moscou à la suite de l’implication d’Andreas Zivy, propriétaire d’Ameropa, dans une affaire de détournement de fonds centrée sur le producteur d’engrais russe Togliattiazot, l’un des plus grands producteurs de nitrate d’ammonium en le monde.

En 2016, une des filiales d’Ameropa, Nitrochem AG, va même être condamnée pour le versement d’un pot-de-vin de 1,5 million de dollars sur le compte genevois d’une des sociétés off-shore appartenant au fils de Chokri Ghanem, alors Ministre du pétrole de Mouammar Kadhafi, pour permettre la construction d’une usine d’ammoniac norvégienne en Libye en 2007 !

Par ailleurs en Octobre 2017, la police italienne avait arrêté Marco Porta, le Directeur Général du négociant italien de carburant marin Maxcom Bunker basée à…Augusta en Sicile. Il lui était reproché d’avoir acheté du gasoil de contrebande de la raffinerie de Zawia en Libye, avant son discret acheminement à Malte dans les entrepôts de la société Oceano Blu Trading Ltd, appartenant aux hommes d’affaires maltais Darren et Gordon Debono.

Le gasoil libyen était alors vendu, entre autres, à la compagnie de négoce de produits pétrochimiques, Kolmar Group AG, une société suisse créée en 1997 par le très controversé Marc Rich, le fondateur de Glencore condamné par la justice américaine pour fraudes fiscales, extorsion de fonds, délit d’initié, violation d’embargo avec l’Iran, et par la société…Ameropa.

Kolmar sera accusé ainsi en 2020 par l’ONG Trial, de crime de guerre et pillage de gasoil libyen avec la complicité des groupes d’insurgés armés libyens et des politiciens corrompus !

Et c’est dans ce contexte de corruption et de malversations avérées que le Suisse Ameropa va s’allier à la société pétrolière publique du Sultanat d’Oman, à travers OQ Trading Limited (OQT), la branche commerciale de la société énergétique d’Oman, pays non coopératif d’un point de vue fiscal, et qui après avoir été longtemps blacklisté par l’Union Européenne, figure toujours sur la liste noire des paradis fiscaux établie par la France…

Ameropa va, selon les notifications des registres des douanes américaines, négocier l’urée granulaire avec cet immense complexe de production d’Ammoniac et d’Urée lancé en 2015 après un investissement de 2,6 Milliards de Dollars : Al Sharika El Djazairia El Omania Lil Asmida, sise à Mers El-hadjadj dans la Daira de Bethioua à Oran, filiale commune du groupe Sonatrach et du groupe du milliardaire Suhail Bahwan, plus grande entreprise privée…d’Oman !

Alors que leur part de financement dans le projet algérien n’avait pas excédé les 16%, le Groupe Omanais Suhail Bahwan était, au même moment selon nos sources, partie prenante d’une vaste affaire de fraude internationale entre 2015 et 2018, pour des montants s’élevant à plusieurs dizaines de millions de dollars versés par Carlos Ghosn, l’Ex PDG de Nissan Renault, à la filiale du Groupe Suhail Bahwan Automobiles (SBA), distributeur exclusif des véhicules Nissan et Renault dans le Sultanat d’Oman…

Les fonds étaient virés sur ordre de Ghosn des comptes de Nissan Renault vers la société SBA, qui les retransférait à la société « Good Faith Investments Holding », une entité qui appartient à la famille de Carlos Ghosn, avant d’être à nouveau dispatchés sur des comptes de la société «Beauty Yachts» enregistrée aux Îles vierges britanniques et dirigée par l’épouse de Carlos Ghosn et vers Shogun Investments LLC, un fonds créé en 2015 aux Etats-Unis et contrôlé par Carlos Ghosn et son fils, Anthony !

Pourquoi, Alger n’a pas pris le recul nécessaire et les actions préalables pour éviter d’avoir à ouvrir ses secteurs stratégiques à des partenaires si peu fiables éthiquement ? Etrange…

A ceux qui pourraient nous expliquer que cela ne serait qu’un cas isolé, nous répondrons que c’est loin d’être le cas. La preuve !

L’Algérie a importé en moyenne environ 8 millions de tonnes de blé par an au cours des cinq dernières années, ce qui constitue environ une dépense moyenne de 3 milliards de dollars par an au cours des 10 dernières années.

Evolution Importation de blé en Algérie

Un budget géré dans l’opacité la plus totale et contrôlé par les plus hautes personnalités de l’Etat.

Au mois de décembre 2020, plusieurs milliers de tonnes de blé toxique provenant de Lituanie avaient été découverts au port de Ghazaouet, à l’ouest de l’Algérie.

Quelques semaines auparavant, ce sont 30 000 tonnes de blé impropres à la consommation en provenance de Lituanie, qui étaient découverts au port d’Alger.

Ces deux événements largement médiatisés ont poussé le Chef du gouvernement, Abdelaziz Djerrad, à mettre fin aux fonctions d’Abderrahmane Bouchahda, Directeur Général de l’OAIC, à l’origine du changement apporté au cahier de charges, permettant aux fournisseurs baltes de pénétrer le marché Algérie des céréales, au grand dam des fournisseurs français qui détenaient près de 80% du marché des céréales d’Algérie.

Ces expéditions se sont toutes faites à travers des intermédiaires basés en Suisse, et parmi eux Ameropa !

Doit-on rappeler les Millions d’Euros illégalement récupérés par les responsables de l’OAIC dans le cadre la réfraction sur le poids spécifique du grain. Une procédure détournée à leur propre avantage personnel, qui pourtant concernait le remboursement à l’OAIC de la différence entre poids initial constaté chez le négociant et poids de la même marchandise à son arrivée au port de déchargement, à cause du taux d’humidité dans le grain… Un véritable désastre et ce n’est que la partie visible de l’Iceberg !

Nous ne pourrons pas énumérer ici toutes les affaires de corruption qui ont émaillé ces dernières années l’OAIC, révélant les noms de Hocine-Mansour Metidji, l’ex Pdg de groupe Metidji, ou celui de l’ex-directeur de protocole de le Présidence, Mokhtar Reguieg ou encore celle qui auront couté son poste à l’Ancien Directeur Général de l’Office public des céréales, Mohamed Belabdi, arrêté par les services de sécurité avant son placement en détention préventive en Avril 2020, ou enfin celles de ces directeurs régionaux de l’OAIC impliquées dans une lamentable affaire de corruption menée par le fils du Général Larbi Belkheir, qui obtenait avec une grande aisance de grandes quantités de blé subventionné pour la revendre comme aliments de bétail ou en vue de son exportation au prix fort… Cauchemardesque !

Enfin n’oublions pas, comme nous le rappellent si justement certaines de nos sources, que nombre de ces négociants, pour la plupart européens, auraient choisi leur camp dans la guerre que livre la France aux Pays baltes et à la Russie, pour garder le marché céréalier algérien. Et comme dans chaque guerre, tous les coups sont permis, dusse-t-on recourir à la corruption ou à la manipulation…

Mais alors, pourquoi le gouvernement algérien accorde-t-il tant de faveurs et privilèges à des entreprises opaques qui passent par des paradis fiscaux ? Pourquoi l’Algérie continue-t-elle de traiter avec des Etats inscrits sur les listes noires de paradis fiscaux ? Pourquoi la l’Etat est-il si permissif avec les ”fils de” et indulgent avec des politiciens véreux ?

Serait-ce là une des facettes du régime algérien, qui autorise la fraude et la surfacturation en saisissant et encourageant toutes les opportunités qu’offrent certains partenaires internationaux corrompus, pour s’enrichir mutuellement en captant la rente pétrolière au détriment des citoyens algériens ?

Ces hommes de pouvoir qui ont confisqué l’avenir du Pays pensent-ils pouvoir durer jusqu’au déclin total de l’Algérie ? Pensent-ils réellement que la jeunesse algérienne va encore longtemps tolérer leur rapine ? Car de Kherrata aujourd’hui, nos jeunes ont manifestement commencé à leur apporter réponse !

Et le 22 Février prochain pourrait bien sceller le sort de ceux qui nous ont promis une Nouvelle Algérie…

A moins, d’un geste fort !

YF.Cheikh

yf.cheikh@protonmail.com

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.