Algérie – La Guerre que livre Djerrad et Benbahmed contre le Ministre de la Santé, derrière l’absence du vaccin contre le Coronavirus !

Les premiers lots de vaccin anti-Covid 19 ont finalement été réceptionnés par le gouvernement algérien à la fin du mois de Janvier et début février 2021, après la cacophonie qui a caractérisé l’action des autorités politiques du pays depuis la surprenante annonce du Président Abdelmadjid Tebboune, d’entamer la vaccination de la population algérienne au Mois de Janvier 2021.

Il faut dire que tout avait mal commencé, avec les affirmations du Président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, Kamel Senhadji, qui avait déclaré que la vaccination devrait débuter au mois de janvier en cours avant de se rétracter, en annonçant que l’Algérie devrait attendre « au moins jusqu’au mois de juin » pour lancer une campagne de vaccination…

Il faut dire qu’il avait été encouragé par son collègue, Dr Fawzi Derrar, le Directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), qui avait rappelé l’engagement de l’Algérie à acquérir le vaccin anti-Coronavirus.

Fawzi Derrar a rappelé dès le mois de Novembre 2020, que des négociations avaient été engagées entre l’Algérie et les laboratoires américains Pfizer et Moderna Therapeutics.

Le Ministre de la Santé de la Population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, avait par ailleurs précisé le 13 Décembre 2020 que « Nous n’avons signé aucun accord avec aucun des laboratoires qui ont développé le vaccin anti-covid-19 ».

Pourtant à la fin de l’Année 2020, le Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a déclaré à son tour que l’Algérie venait de signer un contrat de gré à gré avec le laboratoire russe Gamaleya, pour l’acquisition du vaccin contre le coronavirus Covid-19 !

Mieux encore, le directeur général de la prévention et de la promotion de la santé et porte-parole du Comité scientifique, le Dr Djamel Fourar, avait de son côté assuré que le vaccin russe était attendu le 12 ou 13 janvier 2021, avant de se faire démentir par le Ministre de la Santé Benbouzid…

Rappelons que le Ministre Benbouzid, avait également démenti, à la mi-décembre 2020, les déclarations de l’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Beliaev, sur la possibilité de produire le vaccin russe « Spoutnik-V » en Algérie…

« J’ai eu plusieurs réunions avec l’ambassadeur de Russie à Alger et nous avons discuté de ce sujet, mais nous n’avions rien prévu pour l’heure. » Avait affirmé Benbouzid à la chaîne média Russia today le 14 Janvier 2021.

Comme pour contredire son Ministre de la Santé, le 31 Janvier 2021, Abdelaziz Djerrad va accorder une audience à l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, Igor Beliaev, afin « d’initier des contacts dans le but d’instituer une coopération bilatérale dans le domaine de la fabrication du vaccin anti-Covid-19, russe « Spoutnik V » en Algérie » !

Le 1er Février 2021, c’est autour du directeur général de l’agence nationale des produits pharmaceutiques, Kamel Mansouri d’annoncer que l’Algérie allait se lancer dans la fabrication du vaccin russe…dans quelques semaines.

Sauf que là encore, l’ambassadeur russe à Alger, Igor Beliaev, avait bien précisé que : « Des spécialistes russes se rendront en Algérie pour visiter des usines pharmaceutiques. La fabrication du vaccin russe en Algérie prendra de six à neuf mois » ! Fausse information ? Surement !

Rappelons que l’Institut Pasteur d’Algérie, le Groupe industriel Saïdal et les laboratoires Sanofi Pasteur avaient signé, le 07 décembre 2017, un mémorandum d’entente relatif à la création d’une société mixte spécialisée dans la production de vaccins en Algérie, signé lors d’une cérémonie organisée à l’Hôtel Matignon (Paris), à l’issue des travaux de la 4ème session du Comité Intergouvernemental de Haut Niveau Algéro-Français.

Cette usine devait produire les vaccins hexavalent et tetravalent, permettant l’immunisation contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, ainsi que le vaccin quadrivalent contre la grippe saisonnière… Mais rien n’a été fait, puisqu’à ce jour on l’importe encore !

Enfin, les officiels et médias algériens, qui avaient unanimement certifié l’importation de quantités importantes d’antidote à la Covid-19, auront eu tout faux, puisque l’Algérie n’a réceptionné au total qu’à peine 100.000 doses du vaccin russe Sputnik V et de ce lui, anglo-suédois en collaboration avec l’Université d’Oxford, Astra Zeneca, fabriqué par l’indien Serum Institute of India.

Soulignons que concernant le vaccin chinois Sinopharm que l’Algérie devait recevoir à la fin du mois de janvier, selon les dires du porte-parole du gouvernement Amar Belhimer, la demande avait tout simplement été annulée…

Toutes ces déclarations contradictoires et revirements de dernière minute des responsables chargés du suivi de l’évolution de la pandémie, de ceux du gouvernement et du Ministères de la Santé, ont bien évidemment semé une profonde confusion au sein de la population.

Le Président Abdelmadjid Tebboune ne cache plus son irritation à l’endroit de son Premier Ministre Djerrad, et de son action contreproductive dans la gestion sanitaire du Pays.

Cette inquiétante situation est, selon nos informations, due à une guerre ouverte entre le Premier Ministre Abdelaziz Djerrad et le Ministre de la santé Abderrahmane Benbouzid, qui ne s’adressent même plus la parole !

Les hostilités sont telles, que Djerrad a donné fermes instructions pour ne pas convier le Ministre de la Santé à l’aéroport, lors des réceptions officielles et télévisée des caisses contenant le vaccin contre la Covid-19…

Il est effectivement étrange de voir que Djerrad ait transformé cette opération pour soigner son image. Pour cela il l’a soigneusement confiée au Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, au Ministre délégué à la Réforme hospitalière, Ismail Mesbah, au directeur général de l’Institut Pasteur d’Alger, Faouzi Derrar, mais surtout à son ami intime, l’ex -Ministre délégué, devenu Ministre de l’Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad…

C’est Benbahmed, qui aurait, selon les mêmes sources, effectivement pris en main le contrôle de la négociation et de l’approvisionnement du vaccin contre le Sars Cov2, lui qui, à la fin de l’été 2020, avait déjà obtenu, grâce à Abdelaziz Djerrad, le changement des dispositions réglementaires relatives à l’activité pharmaceutique et au médicament, lui ayant permis, entre autre, de mettre la main sur l’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP), désormais sous la tutelle de son nouveau Ministère…

Décision prise malgré le refus du Syndicat National des Praticiens d’Officine (SNAPO), qui s’est érigé fermement contre cette manœuvre, déclarant que « essayer de mettre cette agence sous la tutelle de l’industrie, au lieu de celui de la santé, c’est une tentative de passage en force dangereuse, qui suscite de nombreuses interrogations sur les véritables enjeux et motivations de cette manœuvre. Ce changement va gravement bouleverser le système de santé en Algérie, et risque de paralyser le fonctionnement de toutes les structures sanitaires publiques et privées, avec un impact direct sur la population algérienne et sur leur sécurité sanitaire. Mettre une Agence Sanitaire sous la tutelle d’un secteur industriel entraînera inévitablement des situations de conflit d’intérêts ! »

Car c’est Benbahmed, à travers l’ANPP, qui décidera dorénavant de l’enregistrement et de l’homologation des produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux, du contrôle des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux, et c’est encore le comité économique intersectoriel des médicaments ayant pour mission principale de fixer les prix des médicaments à leur enregistrement !

Après avoir géré à la fin de l’année 1999, la société Scala Pharm, Lotfi Benbahmed a été Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens depuis 1996, Président de l’ordre des Pharmaciens d’Afrique et Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens d’Algérie… Le médicament c’est là son véritable business !

Scala Pharm, dont la mission était l’importation et la distribution de médicaments, a été créée par Lotfi Benbahmed et son épouse pharmacienne Zehour Bouyoucef, ancienne vice-présidente et membre du Bureau National de la SNAPO !

A la présidence et au Président Tebboune lui-même, Benbouzid s’est directement plaint de cette dangereuse concentration de pouvoirs entre les mains d’un homme d’affaires, devenu Ministre et qui gère désormais un secteur dont le chiffre d’affaires avoisine les 4 Mds USD et dont les prévisions tablent sur un niveau de 5 Mds USD en 2021 !

Nous avons appris, que c’est bien le duo Djerrad-Benbahmed qui a écarté le fournisseur et géant chinois Sinovac, lui préférant le vaccin Astrazeneca qui pourtant vient d’être déconseillé au plus de 65 ans par les hautes autorités de santé d’Allemagne et de France… Etrange !

D’autant plus étrange qu’en Algérie, le laboratoire chinois Astrazeneca Biotech est le partenaire du Laboratoire algérien Biopharm, qui appartient à la famille du Président de l’Union Nationale des Opérateurs de la Pharmacie, le Dr A. Kerrar, qui se trouve être l’ami de l’ancien Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens…le Dr et Ministre actuel Lotfi Benbahmed…

C’est dans ce contexte, qui ressemble étrangement au même système de prédation installé par l’ancienne présidence, que le Ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a décidé de suspendre les achats et importations de vaccins, et de ne prendre plus aucune initiative avant le retour d’Abdelmadjid Tebboune…

De son côté, le Premier Ministre Abdelaziz Djerrad, impute tous les retards dans les approvisionnements du vaccin contre la Covid-19 à Benbouzid, ce qui pour lui justifierai le renforcement de son Ami le Dr Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed.

Au milieu, perdus entre une crise économique qui perdure et celle, sanitaire, qui devient insupportable par la médiocrité avec laquelle elle est gérée par nos dirigeants, la population est en ébullition et la jeunesse s’organise pour relancer le Hirak…

Valide ou pas, Tebboune doit impérativement prendre une décision sur sa continuité à la tête de l’Etat, il doit se manifester d’une manière ou d’une autre afin d’éviter à notre Pays, livré à lui-même, le moindre dérapage qui enflammerait la maison Algérie, et qui l’emportera lui et tous les siens.

Prudence !

YF.Cheikh

Yf.cheikh@protonmail.com

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.