EXCLUSIF – Ces Privilégiés Que Le Gouvernement Algérien Autorise A Embarquer Sur Des Vols Spéciaux, Pour Passer Des Vacances !

Vous rappelez-vous que lors des consultations pour la constitution du gouvernement, Samir Chaabana avait accepté le portefeuille de Ministre délégué chargé de la Communauté nationale à l’étranger, sans déclarer sa double nationalité, alors que la loi n 17-01 du 10 janvier 2017, fixant une liste des hautes responsabilités de l’État et des fonctions politiques, requiert la nationalité algérienne exclusive pour devenir ministre ?

Une fois le pot au rose découvert, Chaabna avait déclaré refuser de renoncer à sa nationalité française et le Président Abdelmadjid Tebboune avait dû se contraindre à annuler la nomination de Samir Chaabna en tant que Ministre.

Une fois de retour sur le sol français, le député franco-algérien Samir Chaabna a repris du service et a continué, avec beaucoup d’énergie, de défendre le droit des ressortissants algériens, et notamment les vieux chibanis, à rentrer en Algérie suite à la suspension provisoire des liaisons aériennes et maritimes entre l’Algérie et la France.

Le député Samir Chaabna, s’est prononcé le 24 septembre dernier sur sa page Facebook au sujet des frontières de l’Algérie fermées et des vols suspendus depuis le milieu du mois de mars, et a appelé « l’État algérien à l’ouverture des frontières, compte tenu des circonstances difficiles de beaucoup de nos émigrés, lourdement impactés par la suspension des vols et dessertes maritimes ».

Un affairement qui aurait pu plaire à la forte communauté algérienne établie en France, lui attirant la sympathie du plus grand nombre, n’était-ce le fait que son discours était aussi creux qu’une fable populiste…

En effet, Samir Chaabna a réussi à faire rapatrier son frère Abdelouahab, agent contractuel au consulat général d’Algérie à Marseille, à bord du vol spécial d’Air Algérie AH Paris-Alger, du 22 octobre 2020, alors qu’il n’avait pas du tout le droit d’embarquer !

Nous avons pu vérifier la liste des passagers de ce vol spécial du 22 octobre 2020, à l’origine destiné au retour des diplomates et des militaires et leurs familles en fin de mission en Algérie et avons confirmé ainsi nos informations.

Le frère de Samir Chaabna, de nationalité française et résidant en France, n’a aucune qualité diplomatique et n’est pas éligible au rapatriement destiné aux ressortissants algériens en situation d’urgence ou lorsqu’ils sont non-résidents.

Selon nos informations, le député et ex-journaliste à la chaîne publique ENTV, Samir Chaabna, aurait eu l’accord personnel du Premier Ministre Abdelaziz Djerrad pour cette dérogation, donnant permission à son frère de bénéficier d’un congé de 30 jours et rejoindre Alger par avion, en violation de toutes les règles érigées par le Gouvernement algérien et en contradiction avec les déclarations médiatiques du sieur Samir Chaabna, qui s’activait sur les réseaux sociaux pour défendre la communauté algérienne dans le Sud de la France contre les passe-droits…

Se moquer des lois, qui ne sont finalement faites que pour les autres, est semble-t-il une constante du régime et de ceux qui, à un haut niveau, sont à son service.

Car Chaabna a bénéficié de la complicité du Consul Général d’Algérie à Marseille Mouaki Benani Khaled, un résidu de la Issaba qui aurait, selon nos sources, largement financé les voyages du Général Belekessir et ses protégés en France, mais a également pu compter sur son ami Belbaki, l’ex Consul à Lille, connu pour être très proche de Ali et Rebbouh Haddad, avant d’être nommé représentant permanent d’Algérie à Genève puis subitement relevé de ses fonctions…

Dès lors, comment dans cette Algérie nouvelle, alors à quelques jours du vote pour la nouvelle constitution algérienne, toute la haute hiérarchie du Ministère des Affaires Etrangères, du Ministère de l’Intérieur et du Premier Ministère a-t-elle pu donner aussi aisément ordre, afin de faciliter le congé et le rapatriement du frère de Chaabna, alors que des centaines de nos compatriotes, qui avaient légitimement droit à un retour au Pays, n’ont toujours pas pu le faire ?

Ne se redirigerait-on pas de manière quasi certaine vers ce que nous avons tous voulu changer en ce 22 Février 2019 ? Il est bien à craindre que la réponse soit positive, et ses conséquences dramatiques si elles ne seront pas tragiques…

En tous les cas, cet ixième événement vient confirmer ce que beaucoup d’entre nous savions déjà finalement, à savoir que Samir Chaabna n’est rien d’autre qu’une créature de ce régime infâme, qui ne survit qu’aux travers du soutien de personnages rampants et manquant cruellement de principes, qui adoptent un langage trompeur et hypocrite envers la communauté algérienne, pour bénéficier au final d’indus privilèges et l’espoir d’une fulgurante ascension au sein de l’Etat, qui est le plus souvent aussi rapide que leur chute… L’histoire récente regorge d’exemples vivants !

Pauvre Algérie…

YF.Cheikh

yf.cheikh@protonmail.com

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.