EXCLUSIF – Mobilis, l’Opérateur Public de Téléphonie Mobile Dans les Griffes de la Issaba !

Le feuilleton lié à la dénonciation de faits de malversations financières, rapporté par notre média, et qui avait tenu haleine tous les employés de l’opérateur public algérien de téléphonie mobile Mobilis, a pris depuis quelques jours une inquiétante tournure.

Vous vous rappelez certainement que cette rocambolesque histoire avait commencé lorsqu’un E-mail, attribué au Directeur Juridique au sein de Mobilis Belkacem Walid, avait été envoyé et partagé massivement au sein de la direction générale de Mobilis et dans lequel l’auteur dénonçait des : « délits et des abus de pouvoir du sous-directeur réquisitions » M. Youcefi Nadjiballah, par ailleurs fils du premier responsable de la sécurité au niveau du Ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique…

Ce courriel avait détaillé les différents marchés accordés illicitement à plusieurs oligarques algériens avec la complicité de l’ex-Secrétaire Général (SG) du Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication à l’époque de Houda Feraoun, Mr Belkessam Fouad.

Ce mail donnait par ailleurs des détails précis sur l’affectation illégale d’un véhicule de service de marque Spark CHEVROLET à une personne étrangère à l’entreprise, le détournement d’un logement de fonction à Alger et la revente délictueuse de téléphones portables destinés aux journalistes, des cadeaux censés être offerts gracieusement par Mobilis aux membres de la presse nationale…

Walid Belkacem – Ex Directeur Juridique Mobilis

« Je souhaite apporter à la connaissance de tous (Ministre, P-DG, Autorité Judiciaire, Gendarmerie Nationale, Presse et Collègues), que ma volonté à étouffer cette affaire, était sous la pression de M. YOUCEFI, qui me faisait comprendre, que je risquais de perdre mon poste, en faisant allusion à son lien direct avec le Secrétaire Général du ministère de tutelle (M. BELKESSAM FOUAD) », expliquait ce courriel.

Tout le personnel de l’opérateur historique mobile s’était alors offusqués suite à ces confidences pour le moins gravissimes.

Quelques jours plus tard, suite au tollé général provoqué par ces révélations, un nouvel E-mail signé par Belkacem Walid a été émis, mais cette fois pour apporter un démenti aux graves accusations lancées par le premier texte…

« C’est avec étonnement et stupéfaction que je viens de prendre connaissance d’un email en date du 24/05/2019 à 21:13:28 UTC+1, dont l’objet est : Dénonciation du Sous-directeur Réquisitions (YOUCEFI Nadjib Allah), usurpant ainsi mon identité   ”BELKACEM Walid” ainsi ma qualité de ‘’Directeur des Affaires Juridiques et Contentieux’’ , pour répandre des allégations graves et mensongères, provenant de personnes malsaines et malintentionnées qui ne cherchent qu’à nuire à l’image de l’entreprise ainsi que ses cadres.  Aussi, il est nécessaire de préciser que l’adresse email suscitée ne m’appartient nullement et qu’il s’agit d’une boite de messagerie GMAIL créée avec mon identité.  Je démens formellement et énergiquement tous les propos qui ont été cités, en mon nom, dans cet email, comme je décline toute responsabilité liée à cet acte », est-il précisé dans ce deuxième mail.

Tout aurait pu s’arrêter là et laisser croire à une plaisanterie de bien mauvais goût, jouée par des personnes malveillantes et malintentionnées, sauf que qu’un troisième courriel est venu aggraver encore un peu plus la situation, dominée par les intrigues et les tensions internes régnant au sein du premier opérateur mobile en Algérie.

Ce dernier message, adressé à de nombreux hauts responsables du secteur des télécommunications dont Ahmed Choudar, le Président Directeur Général (PDG) du Groupe Algérie Télécom (AT) à l’époque des faits, annonce cette fois-ci la démission de Belkacem Walid, le virtuel auteur présumé des deux premiers mails !

Il parait évident que cette décision classique d’éviction déguisée ait été décidée, comme cela est souvent le cas au sein de l’Administration Publique, dans le seul et unique but de faire taire les voix de ceux trop prompt à soulever de véritables problèmes internes et que les responsables considèrent comme sujets aussi polémiques que compromettants, car ils attirent bien souvent l’attention de la hiérarchie sur la mauvaise gouvernance de ses ‘’propres’’ entreprises… Et ce n’est jamais une bonne chose.

En effet, la bonne gouvernance impose plutôt de s’attaquer aux véritables problèmes en amont et de trouver des solutions pérennes, plutôt que de favoriser l’omerta et laisser ainsi perdurer les mauvaises pratiques avec leur lot de risques et conséquences néfastes pour le sérieux de l’entreprise. Et Mobilis n’y a pas échappée…

Entendu en juin 2019 par le Procureur de la République et le Juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, Belkacem Walid est incarcéré à la prison d’el Harrach pour « violation de la réglementation des marchés publics » …

Il y a quelques jours, de nouveau, un scandale inhérent au même Youcefi Nadjiballah, le Sous-Directeur Réquisitions au niveau de la direction générale de Mobilis, a éclaté.

Celui-ci aurait été, selon nos informations, auditionné il y a quelques jours par les officiers de la police judiciaire de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) au niveau de la caserne Antar, pour avoir servi comme intermédiaire entre l’Ex SG du ministère Fouad Belkessam et l’ex Ministre Houda Feraoun afin, nous dit-on, d’exercer des pressions sur l’ex Directeur des affaires juridiques et Président de la Commission des Marchés du Mobilis, Mr Belkacem Walid…

Rappelons que Walid avait passé six mois en prison après avoir été entendu en juin 2019 par le Procureur de la République et le Juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, pour « violation de la réglementation des marchés publics » liée à l’homme d’affaire Mahieddine Tahkout, avant d’être libéré et mis sous contrôle judiciaire.

Par ailleurs nos sources nous ont certifié que Youcefi, qui continuerait de détourner les téléphones destinés aux journalistes pour les revendre, aurait réussi à influencer le nouveau et jeune PDG de Algérie Télécom Mobilis (ATM) Bellal Mekkid, pour le placer à la tête de la Direction Juridique et contentieux, et ce, toujours selon les mêmes sources, en faisant jouer sa puissante relation avec le désormais ex PDG du Groupe AT, Ahmed Choudar…

Bellal Mekkid, PDG de Mobilis.

Comment se peut-il que Youcefi Nadjiballah puisse jouir d’une telle confiance auprès de sa hiérarchie alors qu’il serait le centre des enquêtes et le principal destinataire des multiples convocations et auditions au centre d’investigations de la caserne Antar, qu’il cumule plusieurs témoignages à charge recueillis auprès de ses collègues, mais qu’aucune inculpation à son encontre n’ait encore été prononcée à ce jour ?

Chanceux, Youcefi aurait même réussir à échapper à la justice et à la procédure judiciaire ouverte contre lui par l’ex procureur du tribunal de Dar El Beida, Mr Zatout Mohamed, le dossier n’ayant jamais pu aboutir… Le magistrat se serait-il vu muté trop vite après s’être intéressé d’un peu trop au dossier Youcefi ?

Nous ne pouvons le certifier mais une chose est sûre, Youcefi compte toujours sur de puissants soutiens de l’ex Issaba pour l’aider à mener tout le monde à la baguette chez Mobilis, surtout parmi ceux qui pourraient contrecarrer les velléités de prédation d’un secteur porteur…

Des noms? Dans nos prochaines éditions dès la fin de notre enquête !

Amir Youness

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.