Comment peut-on tolérer l’esclavage en 2017 !

Un reportage de la chaîne américaine CNN, diffusé le 14 novembre dernier avait dévoilé une vente aux enchères de migrants issus vraisemblablement d’Afrique subsaharienne.
Cette vidéo, qui a suscité une indignation mondiale, dévoile des migrants africains en route pour l’Europe à travers la Libye, vendus aux enchères comme esclaves par des passeurs, pour des sommes allant de 500 à 700 dinars libyens (jusqu’à 435 €)…
L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et courts-métrages
Les témoins affirment que c’est un marché qui se déroule deux fois par mois et les ventes se font à la criée. « Qui a besoin d’un mineur ? C’est un mineur, un grand homme fort, il va creuser »,
Moussa Sanogo, 22 ans est originaire de San Pedro (Ouest de la Côte d’Ivoire). Ce jeune homme a expliqué qu’il avait passé 4 mois en Libye dans des conditions inhumaines .
Il a raconté avoir été « enfermé dans une petite pièce avec 60 autres personnes avec des habits sales, sans pouvoir se laver. Le matin, on te réveille et on teL’image contient peut-être : 1 personne, sourit, lunettes_soleil, texte et plein air fait travailler. Chantier, bâtiment, travaux dans les champs, ménage, tout… On te frappe tout le temps jusqu‘à ce que le sang coule.  Avec des bâtons, du fer… Tous, on a des cicatrices sur le corps. On te donne un bout de pain et un bout de fromage. On était des esclaves » , ajoute-t-il, «Soufflant régulièrement ou secouant la tête en évoquant ses souvenirs. C’est impossible de dormir. On fait des cauchemars » , conclut-il. 
Sept migrants africains ayant échappé par miracle à l’horreur ont donc réussi à apporter suffisamment d’éléments (photos et témoignages) pour lancer une procédure judiciaire contre leurs tortionnaires.
Durant le sommet UA-Union européenne (UE) d’Abidjan, tenu les 29 et 30 novembre, le sujet a cristallisé les débats.
l’Union africaine a organisé le 4 décembre à son siège d’Addis-Abeba une rencontre avec ses partenaires notamment l’OIM, le HCR et l’UE pour mettre en œuvre un plan d’évacuation d’urgence.
«La souffrance des migrants détenus en Libye est un outrage à la conscience de l’humanité», affirme  Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme.
13 pays européens et africains – dont la Libye – réunis en Suisse ont décidé lundi 13 novembre 2017 «d’améliorer les conditions des migrants dans les centres de détention en Libye tout en promouvant des alternatives à cette solution».

Le 22 Novembre, Emmanuel Macron a qualifié de “crimes contre l’humanité” les exactions commises contre des migrants en Libye.

Depuis la chute  du régime de Muhammar Kadhafi en 2011, décidée par Nicolas Sarkozy et BHL avec l’aide du Qatar, les passeurs libyens profitent de l’absence de réels services de sécurité et de l’impunité dont ils jouissent, pour faire miroiter à des dizaines de milliers de personnes cherchant une vie meilleure un passage vers l’Italie, qui se trouve à 300 kilomètres des côtes libyennes.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et nourriture

L’UA et ses partenaires se sont fixé un objectif ambitieux, à commencer par l’évacuation de 3 800 migrants africains bloqués en Libye dans les prochains jours. Mais il ne s’agit que d’un « seul camp de détention, alors que le gouvernement libyen en a dénombré 42, et qu’il y en a peut-être plus », a rappelé le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat.

Le programme de retour volontaire de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) aurait, selon plusieurs sources, déjà permis de rapatrier près de 15 000 personnes – majoritairement des Nigérians, des Guinéens, des Gambiens et des Maliens – vers vingt-quatre pays d’origine depuis le début de l’année, dont plus de 2 700 entre le 21 novembre et le 5 décembre.

TV Maghreb tvmaghreb.com

TV Maghreb - L'actualité en mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.